Wednesday, May 22, 2013

Le dossier .VIN (et .WINE) intéresse de plus en plus...

Échec ou succès, je ne sais pas encore...

J'ai lancé le projet dotVinum en 2009, à une époque ou je travaillais pour un bureau d'enregistrement accrédité Français. A cette époque, j'avais estimé, grâce au programme ICANN des nouvelles extensions Internet, que les gens du vin pourraient bénéficier d'une identité qui leur soit propre: des noms de domaine qui se termineraient en .VIN, en .WINE et en .VINO.

Chaque jour je regardais les volumes d'enregistrement de noms similaires afin d'effectuer des statistiques très précises sur ce projet et constituer mon propre dossier. Souvent "border line" sur ce projet et n'ayant que ce sujet à la bouche (mes anciens collègues de travail - que je salue en passant - doivent bien rigoler en lisant ce post), j'ai été rappelé plusieurs fois à l'ordre par mon PDG (que je salue aussi en passant, bien entendu). Alors que je souhaitais être suivi par mon employeur qui n'y voyait au début que du bon, l'ICANN a commencé petit à petit à déléguer les dates de lancement, à proposer plusieurs versions de son manuel du candidat. Le temps passant, les dates ne se précisant pas vraiment, je devais décider de ce que je voulais faire.

Un jour, j'ai décidé. Alors que mon employeur venait de vendre sa société à un groupe Anglais et que les relations se tendaient entre tous, j'ai décidé de partir - sans argent - pour tenter de réaliser ce projet. A l'époque, j'avais négocié une autorisation de travailler dans les noms de domaine car mon contrat de travail était ambiguë à ce sujet.
De l'argent, j'en ai trouvé beaucoup par la suite, à l'étranger. Le seul problème c'est que l'on est capable de patienter très longtemps pour de belles promesses. Et alors que l'ICANN continuait de décaler ses dates de lancement, mon partenaire financier m'a dit un jour qu'il n'engagerait personne tant qu'il n'aurait pas plus de précisions de l'ICANN. J'ai donc rencontré plein de monde depuis et répond aujourd'hui aux questions de ceux qui commencent à s'intéresser au sujet des Registres du vin de plus près.

Aujourd'hui, je lis avec grand intérêt les publications de mes anciens collaborateurs dans la presse sur le .VIN. Amusant aussi de retrouver un de mes anciens cadre dirigeant comme conseil d'un des candidats à l'un de ces dossiers. Attristé peut être aussi que ces gens n'aient pas eu envie de faire un dossier commun ensemble. Attristé aussi que les gens du vin Français se réveillent si tardivement à un moment ou ces projets prennent le mauvais chemin. La question de la protection des Indications Géographiques n'est pas nouvelle...

Je ne sais pas dire si j'ai parlé trop fort ou pas assez. Cela dit, il est encore possible d'accorder tout le monde: encore faut-il parler la même langue et des mêmes choses. Et là...c'est mal parti ;-)

No comments: