Tuesday, January 12, 2010

Spéculation autour du .VIN

Comment éviter à tout prix la spéculation, dés l'ouverture au grand public?

Les extensions Internet "personnalisées" seront lancées dés 2011, comment procéder pour limiter la spéculation autour des noms de domaine génériques dés le lancement des nouveaux noms de domaine .VIN .WINE et .VINO?

La spéculation peut être interdite, dés la rédaction des conditions d'enregistrement: les fameuses « conditions d'éligibilité » pour l'enregistrement d'un nom de domaine sont indiquées lors du dépôt du dossier de candidature à l'ICANN. La définition de « spéculation » reste, quant à elle, à définir.

Les termes génériques sont listés et disponibles à l'enregistrement à un tarif supérieur au tarif pratiqué pour les noms de domaine qualifiés de "standards" : 120 Euros par exemple pour un nom de domaine tel que "maison.vin" au lieu de 12 Euros pour un "mon-vignoble.vin". Les termes génériques sont extraits d'un dictionnaire pour les 4 langues convoitées par le projet dotVinum: français, anglais, espagnol et italien.

Un exemple concret de l'achat de nom de domaine générique:
  • Prix d'achat au registre: 120 Euros
  • Prix de renouvellement annuel au registre: 12 Euros
  • Prix de vente et de renouvellement proposé chez le registrar (bureau d'enregistrement accrédité): à partir de 13 Euros (prix payé par l'utilisateur final: le titulaire du nom de domaine).
Comment éviter que les professionnels des noms de domaine s'approprient les noms de domaine génériques du vin qualifiés de « Grands-crus » (www.vigne.vin par exemple): 
  • Présenter un projet de site Internet au registre peut devenir une conditions obligatoire pour l'attribution d'un nom de domaine "Grand-cru".
  • Les noms de domaine Grands-crus peuvent aussi être proposés à un tarif supérieur à celui des termes génériques : 5 000 Euros par exemple pour www.blog.vin.
En plus de conditions d'enregistrement étudiées et destinées à favoriser les acteurs du vin dans l'obtention de leur nom de domaine, la barrière du prix est une façon de minimiser grandement le squatting de noms de domaine propre à chaque lancement d'une nouvelle extension. Elle est aussi une façon de garantir un contenu rédactionnel de qualité: qui accepterait d'acheter 120 Euros un nom de domaine pour tenter de le revendre à un tiers ?
Post a Comment